Salle de Presse

16Oct

Les nouveaux règlements de la Ville de Toronto stimuleront le marché noir pour les animaux exotiques et auront une incidence négative sur le bien-être animal

OTTAWA / Le 16 octobre 2017 – Aquariums et zoos accrédités du Canada (AZAC) est profondément troublé par les amendements apportés ce mois-ci aux règlements régissant les animaux interdits dans la ville de Toronto. Malgré les affirmations des responsables municipaux selon lesquelles les nouvelles mesures protègeront la sécurité et le bien-être du public et des animaux en question, les amendements ont plutôt eu pour effet de dépouiller la Ville de sa capacité réglementaire et exécutoire d’agir, et ont créé un système qui autorise l’utilisation d’animaux à des fins de divertissement. AZAC convient qu’il existe des préoccupations et un problème croissants en ce qui touche le bien-être animal dans la ville de Toronto qui doivent être réglés; toutefois, la manière dont les responsables municipaux ont décidé de procéder a amplifié cette pratique au lieu de la dissuader.

Le désir d’interagir avec des animaux exotiques est une réalité grandissante. Même si AZAC croit qu’il est possible d’obtenir des effets positifs grâce à des activités d’apprentissage responsables, nous ne sommes pas en faveur de l’utilisation d’animaux dans des situations où leur bien-être est menacé. La décision de la Ville d’interdire l’utilisation d’animaux interdits dans les programmes d’éducation sans renforcer les mesures pour réglementer le marché noir a créé un environnement dans lequel les activités non accréditées du marché noir prospèreront en l’absence d’établissements accrédités qui présentent des initiatives d’éducation importantes pour les écoles, les camps et les centres médicaux. Un plus grand nombre d’animaux exotiques seront vendus et finiront dans des boîtes de nuit pour se faire prendre en photo, davantage d’animaux exotiques souffriront sans surveillance réglementaire et le public sera mis en péril par des entreprises qui viendront s’établir dans la ville et qui ne sont pas tenues de respecter des normes de sécurité rigoureuses – comme celles que doivent respecter les établissements accrédités par AZAC.

AZAC est également profondément préoccupé par le fait que ces changements sont présentés au public sous une étiquette d’«équité» et de «préoccupation pour l’utilisation d’animaux dans les programmes», mais qu’aucune mesure restrictive n’a été mise en place pour les animaux utilisés dans l’industrie du divertissement. AZAC est révolté que les responsables municipaux acceptent de fermer les yeux lorsque les animaux s’adonnent à des comportements anormaux et potentiellement dommageables à des fins de divertissement lorsque ces activités procurent un profit.

À titre d’organisme qui défend le bien-être animal, AZAC a pour mission de créer et d’appliquer des normes de bien-être animal qui ont une incidence sur la vie de centaines d’animaux interdits dans nos établissements membres. S’appuyant sur des connaissances tirées de pratiques exemplaires internationales scientifiquement reconnues, les membres d’AZAC doivent respecter certaines des normes les plus rigoureuses au monde en matière de soins vétérinaires, de sécurité, de protocoles opérationnels, de programmes de survie des espèces et d’initiatives éducatives. Les normes d’AZAC sont appliquées vigoureusement grâce au processus de discipline progressive établi par AZAC. Ce processus a été utilisé de façon efficace au cours de la dernière année, comme le démontre le nombre de membres d’AZAC à qui on a retiré leur accréditation après que des problèmes troublants ont été mis au jour et que les établissements en question ont fait l’objet d’enquêtes.

En l’absence de mesures de renforcement dans les règlements modifiés, à l’heure actuelle les protocoles d’application utilisés par AZAC sont les seules mesures de renforcement employées à la Ville de Toronto pour surveiller l’utilisation des animaux exotiques, s’assurer qu’ils reçoivent les meilleurs soins possibles, et garantir que le public puisse interagir avec eux de façon sécuritaire à des fins d’apprentissage pour savoir comment nos interventions peuvent aider à les sauver dans la nature.

Beaucoup de membres accrédités d’AZAC sont sollicités régulièrement par les SPCA provinciales partout au pays lorsque des problèmes se produisent avec des animaux interdits retrouvés dans des résidences privées et des endroits non autorisés. Il est inquiétant de constater que la Ville de Toronto ne tire pas profit de l’expertise à sa disposition et qu’elle ait rejeté l’offre d’AZAC pour leur venir en aide. Nous encourageons la Ville à revenir sur sa décision.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Ashley Street

Gestionnaire, Recherches et affaires publiques

astreet@caza.ca   613-878-0274

 

 

 

Back To Main

Contact

9 - 2020 Lanthier Drive
Boîte 107, Orléans (Ontario)
K4A 3V4

Plan Du Site