Salle de Presse

23Nov

Coalition des entreprises les plus touchées

OTTAWA (23 novembre 2020) –

Chère ministre Freeland :

Je vous remercie des efforts que vous continuez de déployer pour appuyer les Canadiens pendant cette pandémie mondiale. Nous traversons une période difficile, et nous savons que la sécurité et la santé des Canadiens sont une priorité absolue.

De nombreux secteurs ont été touchés par la COVID-19, mais pas autant que le nôtre. Les entreprises des secteurs du tourisme, des voyages, de l’hôtellerie, des arts, des festivals et des événements sont en crise pour une raison bien simple, c ’est-à-dire que l’essentiel de nos activités consiste à rassembler les gens, en per sonne, et que cette activité est limitée par des mesures de santé publique depuis la mi-mars. En conséquence, des milliers de festivals, de concerts, de congrès, d’expériences touristiques autochtones, de foires, d’expositions et d’événements d’affaires et sportifs ont été annulés, laissant nos entreprises sans revenu au cours des six derniers mois.

Nous contribuons à empêcher la propagation de ce virus. Mais nos pertes de revenus et d’emplois sont stupéfiantes et, contrairement à presque tous les autres secteurs de l’économie, notre reprise n’est pas prévue avant l’été 2021.

Les mesures actuelles du gouvernement relatives à la COVID-19, qui soutiennent de façon générale les entreprises et l’emploi, sont adéquates pour la plupart, mais elles sont insuffisantes pour assurer la survie des entreprises les plus touchées. Nous félicitons le gouvernement pour les engagements qu’il a pris dans le discours du Trône, dans lequel il s’est engagé à soutenir les entreprises les plus durement touchées. Il est urgent de prendre des mesures pour prévenir des dommages structuraux profonds et irréversibles.

Nos industries ont besoin de soutien dans trois domaines clés :

  1. Augmentation des subventions salariales;
  2. Allègement des coûts fixes;
  3. Accès à des liquidités.

1. Salaires

Le supplément de la Subvention salariale d’urgence du Canada pour les entreprises les plus durement touchées en juillet-août a permis d’atteindre un taux de subvention total de 85 % . Depuis, la situation économique des entreprises des secteurs du tourisme et de l’hôtellerie s’est détériorée, mais le taux de subvention a diminué. Nous sommes reconnaissants au gouvernement d’avoir maintenu le taux à 65 % au lieu de le ramener à 45 % cet automne. Cependant, étant donné que bon nombre d’entreprises de nos secteurs sont saisonnières, le rétablissement du taux maximal de 85 % pour les plus durement touchés nous permettrait d’avoir la souplesse nécessaire pour ramener plus de travailleurs, les maintenir jusqu’à l’été et nous positionner en vue de la reprise. Sans ce soutien, nous continuerons d’assister à des licenciements massifs des employés dont nous aurons besoin dans quelques mois.

Nos employés sont surtout des femmes, des Néo-Canadiens, des immigrants et des membres des minorités visibles. Ces Canadiens risquent de subir une dévastation socio-économique et seront soutenus par le gouvernement d’une manière ou d’une autre.

Il serait de loin préférable de leur permettre de conserver leur emploi et, dans bien des cas, de continuer à bénéficier des avantages sociaux et de la c ouverture des soins de santé des employés.

. 2. Coûts fixes

Nous sommes heureux des récents changements apportés à la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer, y compris l’inclusion des propriétaires pour la première fois. Ce programme fournira un soutien important à nos petites entreprises, mais il reste des lacunes importantes.

Premièrement, le projet de loi prévoit un « soutien au confinement » complémentaire de 25 % pour les entreprises assujetties à une ordonnance régionale de fermeture temporaire par les autorités de la santé publique. Cependant, des entreprises durement touchées comme la nôtre sont vides depuis le mois de mars en raison de restrictions continues comme l’interdiction des rassemblements de masse. Cette interdiction a presque le même effet qu’une fermeture complète, mais nous ne sommes pas admissibles à la prestation complémentaire.

Deuxièmement, le plafond de 75 000 $ par propriété diminue la valeur de l’allègement pour de nombreuses entreprises de taille moyenne. Dans le même ordre d’idées, le plafond global de 300 000 $ empêche un propriétaire d’installations multiples (par exemple, un propriétaire de quatre hôtels ou plus) d’avoir pleinement accès au soutien. Ce plafond pénalise les nombreuses entreprises familiales de taille moyenne qui ont pris de l’expansion et qui ont connu du succès dans des régions partout au pays. Elles ne devraient pas être punies ou empêchées d’accéder à un programme en raison d’une croissance modeste.

Enfin, il y a un e iniquité fondamentale dans la loi qui favorise les locataires par rapport aux propriétaires. Les propriétaires ont des coûts fixes plus élevés (environ 25 % des revenus normaux), mais seulement 10 % de c es coûts sont admissibles. Par comparaison, la plupart des coûts fixes d’un locataire sont admissibles, y compris les services publics qui ne sont pas couverts pour les propriétaires.

Il est urgent de modifier le programme d’allègement des coûts fixes, avec un soutien proportionnel dirigé vers les secteurs les plus durement touchés et sans plafond.

3. Liquidités

Le Programme de crédit aux entreprises n’a pas fonctionné et ne fonctionnera pas pour les entreprises durement touchées. Les banques ne sont tout simplement pas disposées à prêter dans des secteurs où le risque est élevé, même s’ils ne sont responsables que de 20 % des pertes de crédit. Il faut s’attaquer sans tarder à ces problèmes de liquidité.

Même avec les subventions salariales et un certain soutien des coûts fixes, les entreprises durement touchées feront toujours face à une crise de liquidité. Les entreprises durement touchées sont prêtes à s’endetter davantage, mais elles ne peuvent tout simplement pas le faire sans une garantie complète du gouvernement.

Nous avons besoin d’une dette facilement accessible à des conditions raisonnables et sans garantie personnelle. Le programme CUEC a été une grande réussite, mais il ne répond qu’aux besoins des plus petites entreprises.

Madame la ministre, les Canadiens veulent voyager de nouveau et ils le feront. Mais sans mesures d’aide ciblées, de nombreuses entreprises durement touchées comme la nôtre échoueront, ce qui entraînera un chômage à long terme et une perte de capacité de soutenir le tourisme, les congrès et les événements dans les années à venir.

Nous espérons que le gouvernement respectera les engagements qu’il a pris dans le discours du Trône en adaptant davantage ces programmes de soutien à grande échelle pour répondre aux besoins des secteurs les plus durement touchés.

Sincèrement,

Coalition des entreprises les plus touchées

Back To Main

Contact

9 - 2020 Lanthier Drive
Boîte 107, Orléans (Ontario)
K4A 3V4

Plan Du Site